Un blog, deux soeurs, deux maris et huit enfants, un chat... Plein d'idées pour faire de chaque ouvrage "fait maison" un petit bonheur pour soi et pour les autres...
Et le souvenir d'une maman qui savait tout faire de ses mains.

samedi 31 mars 2012

Automne, cigale, verveine et coquelicot

On vous avait promis la suite de A comme...  Vous vous souvenez ? 


Eh bien voilà la série des C, sur le thème des chansons françaises. 


Et là,  chères amies et nièces qui font des études d'art, je vais vous demander un peu d'indulgence, car les dessins ne sont pas des copies... Et il y a dans le lot quelques fleurs aux airs languissants et quelques personnages microcéphales qui pourraient concourir pour le casting d'un film de science-fiction !


Mais allez, on se lance...



Pour le premier C, celle des études d'art, un mélange de calligraphie emportée par le vent et de colchiques  malheureusement un peu huileuses... Trop de medium dans le pigment violet, et voilà des pétales au teint brouillé... Ce serait à reprendre !


Pour le deuxième C, l'âme de poète toujours prête à défendre la veuve et l'orphelin, la jeune Lorraine fâchée contre les trois capitaines. Il paraît que la bonne idée, c'était la chaussette en tire-bouchon. Qu'est-ce que vous en dites ?









Pour le troisième C, l'as de la danse, une cigale, évidemment ! Pour les ailes, un peu de pigment nacré a été ajouté à la couleur et au médium gras, elles sont censées être légèrement brillantes. Hummmm... Faut y croire ! Mais j'étais assez fière du tressage du blé, même si le rond est un peu tordu !



Pour le quatrième C, déjà sage malgré son jeune âge, le fameux rossignol qui nous dit "des jeunes filles, beaucoup de bien"... Une peu malformée ma jeune fille, hélas...



Et pour le cinquième C, le fameux chouan de la chanson, celui qui porte le même prénom que lui. Le dessin a été  réalisé pour l'occasion par le grand-père du jeune homme.












Je sais, je sais, comme les délicieuses vieilles dames de l'atelier de Macarena, où je prends les cours de peinture sur porcelaine, vous direz sans doute que "la Frenchie, elle aime bien écrire"... C'est vrai, j'aime bien les objets qui "racontent une histoire". Et puis, ça attire l'oeil sur autre chose que le dessin !



 D'où la calligraphie de cette assiette, réalisée pour la naissance d'une petite Ismérie, autour d'un dessin de Pierre Joubert. 


Alors votre avis : pour la prochaine naissance, histoire, ou pas histoire ?


Louise

samedi 24 mars 2012

Retour en enfance

Comme toute bricoleuse qui se respecte, j'ai mes matériaux et outils fétiches, que je ne manquerai pas de vous conseiller...

Pour commencer, retour en enfance avec la pâte à modeler 

Oui mais attention, pas n'importe laquelle ! La seule, la vraie, l'unique, celle qui permet de faire des objets aux détails microscopiques, de les cuire et de les vernir ensuite pour leur donner l'aspect de la porcelaine... 
La pâte Fimo, quoi !

Bon, je ne suis pas très douée pour la sculpture, je me décourage assez vite et j'ai du mal avec les proportions, mais j'ai quand même réalisé quelques petits objets.

Des fruits... (NON, ce ne sont pas des figues !)



Un petit nounours amoureux...


Et un tout petit bébé dans son couffin !



Un jour, quand je serai vieille et que je n'aurai plus que ça à faire, je construirai une magnifique maison de poupée, remplie de minuscules objets en pâte à modeler. En attendant, je stocke mes petits bricolages dans une grosse boîte qui commence à devenir un joyeux bazar... 
Et vous, la pâte Fimo, vous avez essayé ?

Marie

samedi 17 mars 2012

Sous le ciel de Paris...


Ce qu'il y a de bien quand on déménage, c'est qu'on découvre plein de nouvelles techniques. 


Par exemple : 


On commence la peinture sur porcelaine dans un endroit avec un professeur qui aime les choses toutes douces et un peu country...

D'où ces tasses, avec un motif copié sur les très jolis dessins de la marque Rue du Port  (http://www.rue-du-port.com/galerie.php) : 




Deux ans plus tard, on travaille  avec un professeur (à 12 000 km...), qui n'a malheureusement pas de site ni de blog...  qui vous apprend le dessin tout fin et les modèles naturels ou tirés de la période Art Nouveau, et voici ce que cela peut donner, pour le mariage d'une amie : 







Là, ce sont des dessins MBM, comme on dit sur les  sites américains...


Bon allez, je vous donne la traduction : Made By Me...








Et puis on change encore et, avec un nouveau professeur, on apprend des techniques plus proche de celles de la peinture à l'huile : 




On cherche un motif qui permette d'expérimenter, et... 


...et ce qu'il y a de bien, quand on a une nièce qui fait des études d'art, c'est qu'on a une source inépuisable d'inspiration ! Surtout quand elle a du talent...


Voyez plutôt : 


A partir de ce croquis pris dans Paris qu'elle a bien voulu me "prêter", voici le résultat, une combinaison de dégradés de gris tout doux, de trait précis (euh... plus ou moins)  et de petits coups de pinceaux type peinture à l'huile ! 





































Il ne reste plus qu'à faire le gâteau pour utiliser le plat !!


Louise

mardi 13 mars 2012

A comme...

Quand on ne peut pas tricoter des chaussons pour des naissances, que fait-on ? 
On peut par exemple... Peindre des assiettes (avouez que vous ne l'attendiez pas, celle-là !)


Et avec une idée de base, on peut même décliner presque à l'infini...


La première, c'était pour une petite Eva : 




Il ne me reste que le schéma de départ, je n'ai pas photographié l'assiette finie.


Ensuite il y a eu Anna : 
 Isabelle : 

Et puis, quand les bébés atteignent leurs 16 ans... On change un peu de style....


Il y a aussi toute une série de "C" (Pour ceux qui connaissent Marie, ce ne sera pas une surprise !), mais on vous les présentera une autre fois !

Louise

dimanche 11 mars 2012

Un citron en forme de figue...

Sachant que l'aînée de mes filles fait des études d'art, j'ai passé beaucoup de temps cette année dans les magasins de fournitures pour artistes.

Ça vaut le déplacement, je dois dire : on va de surprise en surprise (oh, un pinceau avec un réservoir d'eau incorporé !), on découvre des objets dont on ne connaît même pas le nom (comment ça, calame, calame toi-même !) et surtout, on en prend plein les yeux ! 
Papiers de toutes textures, peintures de toutes les couleurs, pinceaux de toutes les formes... une vraie caverne d'Ali-Baba.

Il y a quelques semaines, donc, j'ai craqué pour une boîte de pastels (bon, en solde, je n'ai pas pris trop de risques non plus, hein). Ils étaient là, tous bien alignés dans leur boîte arc-en-ciel, à me faire des clins d’œil... Bref, je les ai rapportés à la maison.
Ils sont restés sagement rangés dans un placard jusqu'à vendredi dernier où je les ai entendus m'appeler : "ouh, ouh, on est là, viens nous manger, regarde comme nous sommes beaux et appétissants !" J'ai un peu hésité, j'avais peur de les gâcher, compte-tenu de mes aptitudes en dessin, mais finalement, je me suis lancée !

Première constatation : 
Le pastel, ça tâche. Au bout de 3 minutes, j'en avais plus sur mes mains et mes vêtements (noirs) que sur ma feuille de papier... L'artiste de la famille prétend que tout le monde le sait, ben moi, je ne savais pas, na.

Deuxième constatation :
Ce n'est pas tout de dessiner, encore faut-il mettre du fixatif après avoir fini et ne pas tenter comme moi de chasser une poussière sur le dessin avec le bout de son doigt... Oui, bon, ça va, arrêtez de rigoler.

Troisième constatation :
Même un bête fruit, ce n'est pas facile à dessiner... Après avoir peiné pendant une bonne demi-heure, j'avais terminé la première réalisation au pastel de ma vie, un beau citron appétissant :

Toute fière, je décide de montrer ce chef d’œuvre à ma famille. 

Mon mari m'a demandé pourquoi j'avais colorié ma figue en jaune,
la cadette m'a demandé si c'était un abricot
et je vous garde le mieux pour la fin, 
la deuxième m'a répondu : "ah bon, c'est un fruit ?" 

Ah, ah, très drôle.
Avec de tels encouragements, je vais avoir du mal à devenir la nouvelle Suzanne Valadon, moi.

M'en fiche, j'ai récidivé avec des... Oh tiens, non, je ne vous dis pas quoi, essayez donc de deviner !

Marie



mercredi 7 mars 2012

Vocabulaire


Comme tous les arts et artisanats, la frivolité a évidemment son langage et ses abréviations. Et comme cette technique est particulièrement appréciée aux Etats-Unis, les abréviations sont souvent en Anglais, comme les patrons... 


 Aussi, pour celles qui seraient tentées de se lancer, un petit lexique rapide pour lire les patrons.


Les deux motifs de base sont l'anneau (ring) et l'arceau (chain).






Ci-dessus un anneau (carmin) et un arceau (mauve).

Ces motifs peuvent être composés de noeuds simples (simple stitch) ou noeud Joséphine (josephine knot), qui donnent un aspect torsadé, ou de doubles noeuds (double stitch) qui donnent un "câble" droit.

Ci-dessus un long arceau en noeud Joséphine à gauche et un anneau en double noeuds (le plus fréquemment utilié) à droite.

On peut laisser un peu de fil lâche en formant la première partie du noeud, on obtient alors un picot (même mot en anglais). On peut insérer une perle sur le picot ou l'accrocher à un anneau de métal, ou le joindre à un autre picot pour rapprocher deux motifs.


Sur cette image, vous voyez les picots, les perles sur les picots et les picots joints entre eux .

Une dernière indication : à la fin d'un anneau ou d'un arceau on "ferme" le motif par un noeud et on retourne (reverse work) ou non le travail pour commencer le motif suivant, ce qui lui donnera une orientation différente. Le geste est très clair sur la vidéo de la fleur de Totusmel. 


Par exemple, ci-dessus, on reconnaît la fleur de la vidéo Totusmel, dans laquelle on retourne le travail après chaque motif. La construction de la croix noire, à l'inverse, alterne des motifs fermés et retournés et des motifs fermés et non retournés, ce qui permet d'obtenir les pointes des quatre branches.
Oui, je sais, un peu tordues les pointes, mais on vous l'avait dit, que tout n'était pas parfait !!

Les patrons associent souvent un dessin avec une description écrite composée d'abréviations.
Voici les abréviations anglaises les plus fréquemment utilisées.
anneau : R
arceau : Ch
double noeud : ds, précédé d'un chiffre, ou simplement le chiffre
picot : - (picot court) ou - - (picot long)
picot joint avec un autre : +
retourner le travail : RW


La fleur Totusmel serait donc décrite ainsi, avec les abréviations anglaises : 
R 1 : 6 - - 6 RW
Ch : 6 - 6 RW
R 2 : 6 + 6 (le picot est joint à celui de R1) RW
Ch : 6 - 6 RW
Répéter ces motifs 3 fois. Fermer. Rentrer les fils.

Tout ça pour vous dire qu'après avoir fait mes armes sur des motifs gratuits disponibles j'ai récemment et très modestement commencé à créer mes premiers patrons, que j'aimerais bien partager avec vous. Mais ce sera pour un prochain message !

Louise






Couture et patinage

La couture, pour une mère de famille, c'est comme le patinage artistique.
Au début, tout va bien, c'est le programme libre, pas de figure imposée ni d'obligations particulières. Le jury-fille est toujours content, pourvu que ça brille et qu'il y ait du rose. Le jury-garçon aussi, à condition de ne pas lésiner sur les accessoires.

Mais le jury grandit, et à partir de 6-8 ans, il se lance dans les "activités du mercredi" et choisit le théâtre.

Et là, pour la couturière, les ennuis commencent !

Elle passe illico au programme imposé, se perd dans les consignes qui changent toutes les deux minutes ou sont données au dernier moment, et doit faire face à la critique aiguisée de son petit jury décidément bien sévère !

Et voilà comment après les robes de princesse, on se retrouve à fabriquer des costumes de scène de papillon ou de robot-chat...

Pour le corps du papillon, j'avoue, je ne me suis pas trop foulée : justaucorps et collant noirs prêtés par une future étoile de l'Opéra ont fait l'affaire. En revanche, pour les ailes, quel boulot ! Découpe des ailes dans du papier de verre à tapisser, puis collage de vieux cintres de pressing tordus pour maintenir la forme en place et peinture à l'acrylique (merci les feutres Posca pour les détails...).




 







Le robot-chat, lui, a nécessité la couture d'une combinaison argentée et la fabrication d'un corps de robot à base de carton de déménagement recouvert de bouts de tubes, de vieux CD et de pots de yaourts retournés, le tout peint à la bombe argentée. Le plus dur a été découper les trous pour les bras de façon parfaitement symétrique pour que le carton tienne en place sur l'artiste !




 










Sans compter l'épisode "Drôles de petites bêtes" avec Carole la Luciole... 
Elle est mignonne, la luciole, non ? :)
Marie

samedi 3 mars 2012

Cadeau pour vous !

En attendant de vous montrer de nouvelles réalisations, voici une petite page que j'ai réalisée pour partager des modèles de couture pour bébés et jeunes enfants.
Tous les patrons sont "au carré", c'est à dire qu'il faut dessiner soi-même le patron sur une feuille de papier quadrillé.



C'est par là !  Amusez-vous bien !

Marie