Un blog, deux soeurs, deux maris et huit enfants, un chat... Plein d'idées pour faire de chaque ouvrage "fait maison" un petit bonheur pour soi et pour les autres...
Et le souvenir d'une maman qui savait tout faire de ses mains.

mardi 30 octobre 2012

Daddy, daddy cooool !

Figurez-vous que la cosplayeuse de la maison, en plus de se déguiser est aussi une adepte de la danse et du chant (et du théâtre et du mime et de tout ce que vous voulez du moment que ce ne sont pas des maths).

Il se trouve qu'au printemps, la demoiselle a participé à un jeu organisé par les sucres Daddy : il s'agissait de danser une chorégraphie imposée sur le célèbre tube disco Daddy Cool et de publier la vidéo en ligne (la fille à la perruque rouge qui danse dans son jardin, c'est elle !). 
Elle a été sélectionnée par les internautes pour participer à la demi-finale puis le jury l'a sélectionnée pour la finale. Voilà donc qu'elle doit se présenter au salon Paris Games Week, le week-end prochain, pour danser la dite-chorégraphie devant le public et le jury !

Il fallait donc un costume pour l'occasion... et vous comprenez mieux maintenant le besoin d'une tenue disco rose que j'évoquais ici...

Et après plusieurs jours de couture nocturne (je suis sponsorisée par les ampoules Legrand), la tenue est terminée !  

Alors non, vous ne la verrez pas tout de suite car nous attendons la finale pour mitrailler la danseuse de photos, mais ce petit exercice de couture m'a notamment appris à coudre une fermeture éclair de pantalon de façon à ce qu'on ne la voit pas du tout. En fait, c'est bête comme chou... Comme quoi, il n'y a pas d'âge pour se perfectionner !

Et si jamais vous n'avez rien à faire samedi 3 novembre à 14h00, venez l'encourager au stand Just Dance !

Marie

dimanche 21 octobre 2012

A pas menus, toujours !

Bon alors, en ce début de dimanche, reprenons la liste...
- mes 120 sachets de dragées,
- les menus et les décorations des dix tables,
- les fleurs et le champagne à commander,
- le grand plan de table,
- les diaporamas des vingt ans écoulés,
- une tenue complète d'hôtesse de l'air,
- une tenue disco rose (si, si !),
- quelques travaux de couture pour arranger les costumes des enfants et le mien,
- le choix de musique

Ça progresse, doucement mais sûrement...

Voici les 5 menus qu'il me restait à fabriquer : Buenos-Aires, Iguazù (en Argentine aussi), Majorque, Galway et enfin Jersey, où nous avions fait notre voyage de noces (à pied et tente sur le dos, faute d'argent pour se payer l'hôtel... On s'est rattrapés depuis).


Allez, ça, c'est fait, donc défi du jour : la tenue rose disco !

Marie


jeudi 18 octobre 2012

A pas menus, je prépare mes menus

Finalement, après mon coup de panique de mercredi, j'ai repris du poil de la bête, enfin, je veux dire par là que j'ai respiré un grand coup, sorti les feuilles de scrapbooking, la colle et les ciseaux et que je me suis attelée à mes menus de table pour notre anniversaire de mariage !
Du reste, je dois être fatiguée, parce que j'ai mis de la colle partout sur ma table et mes ciseaux. Gros nettoyage à l'alcool ménager à rajouter sur ma liste de choses à faire...

Il me fallait 10 menus, donc, pour les dix tables d'adultes et d'ados, chacun faisant référence à une ville différente.
Il y en a 5 de terminés, mais j'avoue, j'ai commencé par les faciles.

Voilà donc Paris, Rome, Pondichéry, Budapest et Carantec*, très librement interprétés ! 
(cliquer sur les photos pour les agrandir)









Bon certes, j'aurais mieux fait de commencer par la couture et notamment par la tenue disco que je dois absolument terminer pour le 3 novembre (vous en saurez plus bientôt...) mais je pensais en avoir vite fini avec mes menus et pouvoir cocher une case de ma liste de choses à faire...
Allez, encore 5 à préparer !


Marie

* Comment ça, "Carantec, connais pas" ? Avec un nom en "ec", ça ne peut être qu'en Bretagne !

mercredi 17 octobre 2012

A l'aiiiiiide !

Vent de panique ce matin !


Je viens de me rendre compte que notre fête d'anniversaire de mariage est dans 18 jours à peine et il me reste tellement à faire (et pas le soir, je suis trop crevée quand je rentre du boulot) !


- mes 120 sachets de dragées qui ne sont pas finis,
- les menus et les décorations des dix tables (un pays par table !),
- les fleurs et le champagne à commander,
- le grand plan de table pour que les invités se repèrent,
- les diaporamas des vingt ans écoulés,
- une tenue complète d'hôtesse de l'air,
- une tenue disco rose (si, si !),
- quelques travaux de couture pour arranger les costumes des enfants et le mien,
- le choix de musiques (le DJ vient nous voir ce soir !)

Et j'en passe...

Ouh la la... 
Vite, vite, donnez-moi des idées pour gagner du temps ! 

Marie

Addendum : pour me donner du courage, je vais barrer au fur et à mesure ce que j'ai fini... A 14h00, j'avais seulement terminé mes sachets de dragées !

lundi 15 octobre 2012

Le patronage, c'est pas du gâteau !

Figurez-vous que cette année, une grande fête est prévue chez Marie : on réunit la famille, les bons collègues et les amis pour célébrer nos 20 ans de mariage !
Le thème de la fête est le voyage d'où les fameuses pochettes à dragées qui vous intriguaient tant (non, ce ne sont pas des dragées pour un bébé !). 

Les participants ayant été priés de venir déguisés, une amie m'a appelée au secours. Je lui ai proposé de s'habiller à la mode indienne, avec un sari rapporté de notre voyage en Inde.

Bon, le jupon, ça n'a pas été compliqué à faire... Mais le sari, il se porte aussi avec un bustier ajusté pour lequel je n'avais aucun patron. Qui plus est, l'amie en question a été pourvue d'atouts fort généreux par Dame Nature... Il a donc fallu que je me lance sans filet pour coudre un bustier en bonnet F !

Qu'à cela ne tienne, notre future princesse indienne est venue passer un après-midi à la maison et à force de dessins, découpages, collage, reprises, essayages, re-reprises, rajouts de pinces par ci, de bouts de papier par là (elle a été d'une patience d'ange !), nous sommes finalement parvenues à nos fins. Le résultat n'est pas si mal, même s'il ne faut pas y regarder de trop près...


A posteriori, je suis encore plus admirative du travail des tailleurs indiens, que j'ai vu couper à la volée et sans patron le tissu pour faire une tenue pour ma fille, en ayant juste fait une prise de mesure rapide au préalable !

Marie

mardi 9 octobre 2012

Copier, c'est pas beau

... Mais c'est surtout pas facile ! 

Voyez plutôt... 
Il y a deux ou trois ans, un jour que j'attendais devant le bureau de mon chef pour aller signer ma notation, j'ai pris un crayon sur la table et commencé à gribouiller. 

Très étonnamment (voir ici) il s'agissait de chardons : 

Schéma Chardons
Finalement, l'idée avait l'air bonne, j'en fais donc une décoration pour le couvercle de ma boîte à couleurs, en rajoutant ce joli vers de Victor Hugo  :  "Une caresse sort du houx et des chardons". 
Peinture sur porcelaine - Les Chardons de Victor Hugo
Mais pourquoi nous montre t-elle seulement le scan du couvercle ?  vous demandez-vous ... 
Ben parce que le couvercle, lorsque j'ai voulu parader devant mes copines du cours de peinture sur porcelaine en arrivant à Madrid, il a fait un superbe vol plané... Et il n'en reste que des miettes...
Peinture sur porcelaine Chardons (détail)
Qu'à cela ne tienne, me suis-je dit,  je vais réutiliser le motif pour un plat ! 
Sauf que voilà... Les couleurs utilisées pour le couvercle n'existent plus, et j'ai bien du mal à recopier les motifs avec les mêmes nuances : 
Plat Les Chardons de Victor Hugo
Pas tout-à-fait ça... C'est même tellement pas tout-à-fait ça que j'ai du mal à me dire qu'il faut quand même que je le termine, ce plat. Non, vraiment, aucun enthousiasme, même si les instances supérieures me disent que c'est mal, très mal...
"- Qu'est-ce que tu dirais, toi, si on s'arrêtait au milieu d'un exercice de maths, ou à la première partie d'une dissertation ?"

Evidemment, vu sous cet angle...

Louise

samedi 6 octobre 2012

Interdit de rigoler !

... En particulier vous, Mesdames, les déesses de la dentelle aux aiguilles, les reines du jacquard au tricot... Car lorsque celles qui ne savent pas faire se lancent, ben, même avec une SUU-PEER-BE laine de chez Rowan, 
le résultat n'est pas toujours jojo !
Tout est parti d'une demande de ma gothique, évidemment, qui voulait une très longue écharpe comme "celle-là" mais... en noir, quelle surprise ! Sauf que "celle-là", justement, elle est tricotée et pas crochetée...
Mais que ne ferait-on pas pour ses marmots chéris ! Nous voilà donc partis sur une écharpe noire avec une grosse laine et des aiguilles n°10 : 
Si on ne regarde pas les petites erreurs, vu de loin, ça peut passer, non ? Sauf que je ne sais pas comment on cache les noeuds...
Et puis, autre problème : le tricot, comment ça s'arrête ?  Allez, soyez chic, expliquez-moi, parce que là, j'en suis réduite à laisser les écharpes finies sur les aiguilles 
ou à y passer un cordon  quand elles ont atteint la longueur voulue pour pouvoir réutiliser les aiguilles !

Pas très pratique, vous en conviendrez !

Louise

PS : J'ai oublié la  question à trois forint : sur la dernière photo, comment s'appelle le point ? C'est une maille endroit/une maille envers répété à chaque rang dans le même ordre.  J'étais persuadée que c'était le point de riz, mais quand Marie (que j'ai quand même dérangée au cours d'une réunion entre brillants ingénieurs pour lui demander...) m'a expliqué que pour le point de riz, il fallait prendre seulement la partie arrière de la maille en tordant l'index en spirale derrière l'aiguille pour attraper la laine mais seulement sur les rangs pairs (ou quelque chose comme ça)... 

Celle qui peut me donner le nom du point et /ou une explication claire pour rabattre les mailles,  je lui envoie une petite bricole. Mais au crochet, hein !

mardi 2 octobre 2012

D'une blogueuse à l'autre

J'attendais que Ti Gwez ait posté son message sur son blog pour vous raconter à mon tour notre après-midi...

J'avais lancé un jour l'idée d'un cours de reliure japonaise à la maison et Ti Gwez s'est portée volontaire. Je l'ai donc vue arriver samedi à la maison, toute pimpante et jeunette ! Nous avons passé l'après-midi à bricoler et à manger des macarons, entre deux interruptions provoquées par l'un ou l'autre des gosses de la maison...

J'ai eu droit à un très gentil cadeau : un petit ensemble cousu par la miss, dans un très joli tissu rayé. Une petite pochette qui va accueillir les trois foulards en soie qui sont roulés en boule dans mon tiroir et un superbe vide-poche (on dirait une rose à l'envers !) qui, comme le montre la photo ci-dessous, est déjà plein !



Et si vous voulez savoir ce que Ti Gwez a bricolé, c'est par là...

Marie